Actualités-Evènements

  Nécrologie: Déces le 15 août dernier de Louis Berton qui fut un passionné de la basilique et un de nos guides de talent. Il s’est éteint à Saint-Max à l’âge de 101 ans. Ci-dessous l’hommage rendu par notre président Thibaut Laplace lors de ses obsèques célébrées dans la basilique le 19 août 2021.

Si la basilique touche immanquablement le cœur et l’âme de tout homme qui y entre en visiteur ou en pèlerin, Louis Berton était plutôt de ces Portois pour qui la basilique constituait une évidence, comme un membre de la famille, une prolongation de chez eux, un morceau d’eux-mêmes, un marqueur de leurs bonheurs et de leurs peines. Pourtant, ce n’est que tardivement, à l’âge de la pleine maturité et d’un peu de temps libre pour ce travailleur infatigable, que l’attachement se transforma en véritable passion. Et cette passion fut mise au service de Connaissance et renaissance de la basilique qui peut compter Louis Berton parmi les hommes à qui elle doit beaucoup. En autodidacte précis et déterminé, il s’imprégna non seulement de ce qui était connu de l’histoire de la basilique mais rapidement mena lui-même des recherches qui donnèrent lieu à des publications qui furent utiles pour tous et permirent de faire avancer un peu plus la connaissance de l’édifice. Je citerai quelques-uns de ses sujets d’étude : les cloches, dont il nous apprit qu’à Saint-Nicolas-de-Port autrefois on les appelait les gagattes, les saints dit pesteux qu’on invoquait en cas d’épidémie, le curé Le Bègue de Girmont, la fresque de la Sainte-Baume et un homme qu’il admira beaucoup, saint Benoît-Joseph Labre, le Pouilleux de Dieu, vagabond qui traversa l’Europe de lieu de pèlerinage en lieu de pèlerinage, Saint-Nicolas-de-Port inclus, et que M. Berton admirait car il aimait les hommes dont la force de conviction et d’engagement n’enlevaient rien à la modestie et à la discrétion. On se souviendra qu’il fut loin d’être en retard sur son temps. De la machine à écrire, il passa à l’ordinateur puis publia et diffusa même sur Internet, à l’âge où l’on préfère souvent le confort de ce que l’on connaît, ses devenues fameuses Histoires racontées de Louis Berton. Bien sûr, M. Berton fut un guide hors pair, passionnant son public qui fut nombreux tout au long des années. Il ne se séparait jamais d’un carnet sur lequel il avait noté à la main et pour soutenir sa mémoire dates, frises chronologiques, définitions, anecdotes. Il s’en servait assez peu finalement car sa mémoire était très solide. Il participa aux fouilles et nettoyages menés par l’association, fît même quelques travaux électriques dans la basilique puisqu’il fut en son temps la référence portoise en matière d’aménagements électriques. Louis Berton nous laisse aussi une porte entrouverte, celle du retour à Saint-Nicolas-de-Port du vitrail de sainte Catherine d’Alexandrie qui se trouve au Louvre aujourd’hui et dont les experts ont assuré l’origine portoise. M. Berton s’était lancé avec conviction dans la bataille mais l’institution parisienne ne céda point et le vitrail est encore visible au Louvre.

Nous nous souviendrons enfin que Louis Berton était un homme jovial autant qu’au caractère bien trempé, un homme érudit, un homme de bien. Lui qui était aussi un homme espiègle aurait sans doute aimé nous rappeler, un sourire dans les yeux, qu’il quittait cette terre un jour de fête de l’Assomption, symbole heureux pour l’homme sensible comme l’homme de foi qu’il était. Puisse-t-il selon son vœu, comme Marie, rejoindre au Ciel celui en qui il croyait.

 

 

Notre guide et magicien Gérard Crouzier vient de publier: Chroniques Insolites de Saint-Nicolas-de-Port